Histoire moderne

Professeur Dominique BILOGHI
Lieu Salle de l’Horloge de la mairie- Ganges
Jour/Horaire Jeudi 9h30 – 11h30
Dates 10/01 17/01 31/01 14/02 21/02 14/03 11/04 16/05
Tarif 75 €

DE LA MONARCHIE CONSULTATIVE A LA MONARCHIE ABSOLUE :

 La mutation de l’Etat royal en France des guerres civilo-religieuses à Louis le Grand (XVIe-XVIIe siècles)

Les deux siècles qui courent entre la monarchie de la Renaissance et l’affirmation du monarque absolu donnent à la France une spécificité désirée et imitée mais aussi redoutée et critiquée par d’autres princes territoriaux dont les gouvernements prennent d’autres chemins ou tout au moins aboutissent plus tardivement (Russie, Autriche, Prusse…) ou différemment (l’Angleterre) à la construction d’un Etat souverain qui n’est plus la formation politique issue du monde féodal et que d’aucuns ont appelé « moderne ».

En France, trois moments essentiels peuvent expliquer la genèse de cette monarchie absolue, qualifiée après sa mort d’  « absolutisme » : un héritage « médiéval-renaissant » millénaire qui puise aux sources du droit romain impérial et de la culture éthique chrétienne et justifie la monarchie consultative qui s’impose et se fortifie entre le XVe et le premier XVIe, de Charles VII à Henri II ; une crise civile et religieuse quarantenaire qui ébranle la construction coutumière des Valois et oblige à imposer une solution salvatrice modifiant la nature du pouvoir, c’est la signification in fine du règne d’Henri IV ; une conjoncture guerrière séculaire qui suscite des contraintes si intenses et durables qu’elles modèlent l’appareil d’Etat et son mode de gouvernement. Ce n’est qu’alors, au tournant des années 1630-40, que s’amorce un véritable passage à la monarchie absolue qu’incarnera plus tard l’« absolutisme » louis-quatorzien et qu’ont fait germer en amont le règne d’Henri IV puis le long et tragique ministère des cardinaux-ministres, Richelieu et Mazarin.