Histoire Contemporaine (Nîmes)

249, rue de Bouillargues.

MERCREDI     10h30-12h00     98€

Bernard Rotté

 

L’IRAK ET LA LIBYE DU XIXe AU XXIe SIECLE

Si la civilisation sumérienne a donné naissance à l’IRAK, la nation irakienne n’a pas un siècle d’existence. Elle est née en 1920 de l’effondrement de l’Empire Ottoman.

Suite à plusieurs coups d’Etat, le parti Baas prend le pouvoir en 1968 et Saddam Hussein en devient Président de la République en 1979.

L’IRAK connaît alors l’embrigadement et la soumission à un chef dont les erreurs feront subir au pays en 1990 la guerre puis l’embargo.

Les Irakiens n’en finissent plus de payer la facture de l’édification d’un État-nation au risque de déstabiliser une société pluriethnique et pluriculturelle et de précipiter l’IRAK dans l’anarchie et le chaos depuis 2003.

En LIBYE, la permanence de l’élément tribal nomade rend compte de la faible pénétration des influences étrangères dans un pays pourtant doté d’une vaste façade maritime et parcouru par d’importantes routes caravanières.

Cela a permis aux maîtres de TRIPOLI de disposer du monopole de la redistribution des ressources pétrolières d’autant plus importantes politiquement que ce sont elles qui ont à la fin des années cinquante propulsé le pays hors de son austérité agropastorale.

Tout autant que l’importance de ses ressources matérielles, la faible densité démographique de la Libye a accru les moyens de la domination du pouvoir politique.

Depuis sa prise du pouvoir en 1969 et jusqu’à sa mort en 2011, MOAMMAR QUADHAFI, a réussi à mettre en place un pouvoir dictatorial dans lequel la politique intérieure, l’économie et la politique étrangère sont indissociables.