Histoire des Mythes et des Civilisations (Sommières)

Salle Alexandrie – 1er étage

Espace Lawrence Durell à Sommières

LUNDI       15h30-17h00      100 €

Mme BENEL

L’année se déroulera autour de deux thèmes :

les Civilisations des Scythes et la Candidature de Nîmes à l’ Unesco.

*Au cours des deux premiers trimestres, nous aborderons des peuples plus ou moins mythiques car très anciens et relativement peu connus : les nomades ou semi-nomades scythes étaient implantés aux bords de la Mer Noire, territoire qui correspond à peu près à l’Ukraine actuelle, Crimée comprise.

Aux Scythes d’Europe, on pourrait ajouter les populations nomades qui s’étiraient au Ier millénaire avant notre ère depuis le Don jusqu’à la Sibérie.

Les vestiges archéologiques sont nombreux. Les  » kourganes » ou tertres funéraires parsemaient la steppe; ils renfermaient des trésors d’orfèvrerie en or aux motifs animaliers et aux représentations de cavaliers en costume scythe.

C’est à travers les joyaux de ces tombes monumentales de l’aristocratie  » barbare  » que s’expriment toute la force et l’originalité des rois scythes de l’antique Ukraine.

L’historien grec Hérodote, du Ve siècle avant JC, nous incitera à remonter plus haut dans la civilisation et la religion scythes afin de découvrir, peut-être, les sources de certains mythes grecs comme celui de la Toyson d’Or ou celui des Amazones.

*Le troisième trimestre portera sur la Candidature de Nîmes au Patrimoine Mondial de l’Unesco avec une certaine idée de la  » permanence de l’Antiquité au présent  » dans la culture, l’histoire, l’architecture, l’art, l’utilisation permanente des vestiges antiques :de la source celte de La Fontaine à la Place d’Assas, de la Maison Carrée au Carré d’Art actuel en passant par les Wisigoths, les Carolingiens, le Moyen-Age, les époques Classiques ou Modernes avec leurs Hôtels Particuliers et bâtiments publics.

Nous nous poserons la question sur l’origine d’un tel amour pour l’Antiquité depuis les combats des gladiateurs aux spectacles dans l’amphithéâtre romain créant parfois des confusions dans l’esprit des nîmois et dans leurs croyances, tant sacrées que profanes.