Philosophie (Nîmes)

Professeur Guy FLORES
Lieu 249, rue de Bouillargues.
Jour/Horaire Jeudi 13h30 – 15h30 ou 15h30 – 17h30
Dates 11/10 15/11 13/12 17/01 14/02 14/03 18/04 09/05
Tarif 75 €

L’ECOLOGIE ENTRE SCIENCE ET POLITIQUE

« Ecologie » signifie étymologiquement  « logique de la maison ». Notre « maison » (Oïkos en grec) étant la planète Terre, l’écologie est donc la science globale qui cherche à en découvrir la « logique », les lois qui régissent les équilibres du climat, des rapports entre les espèces vivantes : végétales, animales et… humaine.

« Economie » a presque la même étymologie :(Oïkos-nomos) : Les règles qui régissent les échanges à l’intérieur de la « Maison ». En toute logique, ces règles économiques devraient donc respecter les équilibres écologiques pour que la « maison » soit bien gérée. La rareté des ressources nécessite en effet cette bonne économie « domestique ».

Or l’économie dépend davantage des décisions politiques dont le souci à court terme est prioritairement l’intérêt divergent des Etats. Et face à ces intérêts immédiats, les impératifs écologiques apparaissent d’abord comme des obstacles qui limitent leur liberté à coup de règlementations.

C’est pourtant de la relation compliquée entre Ecologie, Economie et Politique que dépend désormais l’avenir non pas de la planète (elle s’en remettra !) mais de l’espèce humaine. Et l’état lamentable des partis écologistes en France montre l’urgence d’une politique écologique cohérente et efficace.

Bibliographie sommaire (et provisoire) :

Michel Serres : Le Contrat Naturel, François Bourin.

Hans Jonas : Le principe responsabilité, Champs Flammarion n°402

Bruno Latour : Face à Gaïa, La Découverte.

David Abram : Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens, La Découverte.

Bonneuil/Fressoz : l’Evénement Anthropocène. La Découverte.

NB : C’est la bibliographie qui m’a servi à préparer ce cours. Il n’est évidemment pas nécessaire de tout lire. Laissez-vous conduire par vos envies et les « quatrième de couverture ».